A la croisée de nombreuses disciplines, la kinésiologie a pour but de dénouer les blocages énergétiques et émotionnels en agissant sur la tonicité musculaire. Encore méconnue en France, elle apporte pourtant de réelles améliorations face à de nombreux troubles de l’adulte comme de l’enfant.

Marie Pelletier • Kinésiologie

Pourquoi attendre d’aller mal pour aller mieux ? Telle est la devise de Marie Pelletier, kinésiologue à Orléans, qui exerce cette technique de bien-être globale depuis 2015. C’est après en avoir elle-même éprouvé les effets bénéfiques que la jeune femme, alors galeriste, a décidé de se former pour en faire son métier, et pouvoir aider à son tour d’autres personnes à se libérer de leurs problèmes pour une vie plus légère.

« La kinésiologie consiste à aller chercher dans la mémoire cellulaire, la mémoire du corps, tous les événements qui n’ont pas été ‘’digérés’’ pour les débloquer», explique-t-elle. Utilisant des techniques de médecine chinoise, d’acupuncture, d’hypnose, de visualisation ou encore de chiropractie, la kinésiologie, née aux États-Unis dans les années 1960, peut ainsi résoudre des problèmes aussi variés que des troubles du sommeil, des angoisses, des troubles alimentaires, des difficultés à concevoir ou encore un burn-out chez l’adulte, mais également l’hyperactivité, le stress d’apprentissage, l’énurésie ou bien les angoisses de séparation chez l’enfant.

« La séance débute par une discussion avec le patient pour cerner quel est son problème », explique Marie Pelletier, « puis, le patient s’allonge sur le dos, et je pratique un test musculaire sur son poignet, afin de trouver les points de blocage. C’est un guide pour comprendre les émotions qui nous traversent, et bien sûr les soulager ». En plein essor en France, la pratique de la kinésiologie a déjà gagné ses lettres de noblesse chez certains de nos voisins comme en Suisse, où cette méthode est par exemple proposée dans les maisons de maternité. Selon les problématiques à traiter, une ou deux séances peuvent suffire, tandis que d’autres demandent parfois un suivi à plus long terme.

Et les patients traités sont unanimes.« Cela faisait 2 ans que ma fille était paniquée si nous n’étions pas dans son angle de vue jour et nuit, un cauchemar au quotidien ! » témoigne ainsi Jennifer, qui a fait appel aux services de Marie Pelletier. « Ma fille peut maintenant profiter, jouer et s’amuser sans que l’on soit avec elle ». Une vraie libération, tout comme pour cette jeune adolescente, victime de harcèlement scolaire et en proie à des crises de boulimie. « Suite à mon suivi, elle m’a envoyé un message pour me dire qu’elle allait beaucoup mieux, et que les crises avaient disparues ! » se félicite la kinésiologue, qui se définit elle-même comme « une sorte de panneau indicateur » pour ses patients : « je ne suis ni leur psy, ni leur maman, mais j’appuie ‘’là où ça fait mal’’, et je les aide à faire de meilleurs choix! », explique-t-elle.

Outre le suivi en séances individuelles, Marie Pelletier proposera également, courant 2018, un cycle d’ateliers baptisé « Mes angoisses, mes meilleures ennemies » afin d’apprendre à décrypter les messages que nous fait passer notre corps, et apprendre à gérer les crises d’angoisse. Alors, pourquoi ne pas essayer, à votre tour, de « devenir la meilleure version de vous-même » ?

PAR MADIE GUILLAULT