Cher père Noël,

J’ai été super sage cette année : j’ai inondé mes amis de bienveillance, j’ai été très patient(e) avec mes enfants adorés, j’ai fait des heures sup au bureau avec le sourire, et j’ai même aidé une mamie à traverser la route (ça, c’était peut-être l’année dernière, je ne sais plus trop bien…). Bref, je crois que j’ai bien mérité que tu prennes 5 minutes pour lire ma liste de cadeaux.

Comme je suis quelqu’un de très responsable, j’ai décidé de ne rien te demander pour moi cette année, mais d’offrir ce qu’il y a de plus beau à une amie qui m’est très chère, et qu’on oublie un peu trop souvent : ma planète.

Je sais, toi, tu n’habites pas vraiment dessus, vu que tu te déplaces dans les airs grâce à un traîneau volant tiré par des rennes, volants eux aussi. Mais l’espace aérien fait partie de la planète, donc tu es concerné.

Voilà ce que j’aimerais :

  • que tu emballes tous les cadeaux dans du papier recyclé ou recyclable. Et que tu dises à tout le monde que les rubans et le bolduc tout tirebouchonné, on peut les garder d’une année sur l’autre ;
  • que l’on ne soit pas obligé de se livrer à une débauche de nourriture. Deux douzaines d’huîtres par personne, c’est trop, un plateau de 14 fromages pour 4 personnes, c’est un peu exagéré, et 7 parfums de bûche différents, c’est complètement inutile. Personne ne mange jamais celle aux fruits rouges, ça se sait, tout le monde préfère celle au chocolat ;
  • que cette année, on privilégie les présents « immatériels » (abonnement au théâtre, week-end à la mer, dîner dans un bon restaurant) et qu’on oublie le cadeau acheté à la dernière minute qui finira (au mieux) au fond d’un tiroir ;
  • que tu nous incites à réfléchir à notre consommation, plus raisonnée, plus locale, moins polluante (ça, c’est sans doute la partie la moins facile, mais t’es le père Noël ou pas ?! Et toi, tu montres l’exemple avec ton traîneau à traction par animaux volants) ;
  • que tu nous aides à appliquer immédiatement nos bonnes résolutions écolos : nous rendre à la messe de minuit à pied plutôt qu’en voiture, éteindre la guirlande du sapin en allant nous coucher, congeler, et non jeter, les restes de nourriture ;
  • que tu fasses comprendre à nos enfants adorés que de beaux livres et une place pour un spectacle musical, c’est bien mieux que ces jouets de mauvaise qualité qui font « pouêt-pouêt », avec lesquels ils vont s’amuser 5 minutes et dont le bruit va rapidement nous taper sur le système.

Voilà, je crois que j’ai fait le tour. Tu vois, ce n’était pas long. Tu peux faire ça, tu crois ? Ma planète et moi, on te remercie. On t’embrasse très fort.

P.-S. — Tu pourras m’expliquer le coup du traîneau volant quand même ?