En tout cas, la liberté, on la ressent de suite, en tramway, à vélo ou à pied : Amsterdam est l’une des agglomérations les plus agréables du monde. Pour preuve, la métropole accueille 45 %d’habitants étrangers et plus de 5 millions de visiteurs par an. Abritant très peu d’institutions (historiquement implantées à La Haye), elle est pourtant la capitale des Pays-Bas, un haut lieu de l’économie européenne et de la culture néerlandaise.

Pas de centre d’affaires comme on en connaît dans les grandes villes, mais plutôt l’impression de déambuler dans une ville de province au gré des canaux. Difficile de croire que cette ville magnifique n’était qu’une simple bourgade de pêcheurs de harengs au XIIe siècle. Son essor commercial a fait de son port l’un des plus importants sur la scène internationale. C’est dans la deuxième partie du XIXe siècle que la démographie de la ville explose : les industries nouvelles se développent et les populations arrivent en masse pour tenter leur chance, puis la natalité… la ville prospère alors et rayonne à travers le monde.

Voguer entre ponts et canaux

Célèbre pour ses canaux inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, Amsterdam est une cité lacustre au même titre que Venise. À la base de cette toile d’araignée fluviale, trois principaux canaux à vocation résidentielle ont été construits au XVIe siècle, nécessitant notamment l’assèchement des marécages : le Herengracht ou « canal des Seigneurs », le Keizersgracht littéralement le « canal de l’Empereur » et le Prinsengracht ou « canal du Prince », les immeubles en briques et en bois aux  façades étroites à pignon dont les styles diffèrent (la plus ancienne au coeur de Begijnhof date de 1425) selon les époques sont montés sur pilotis, ce qui complique fortement l’entretien et les éventuelles réfections. Des promenades en bateau-mouche sont organisées pour admirer l’architecture pittoresque. L’eau fait partie de l’atmosphère tranquille et sereine de cette capitale dont on oublie l’effervescence et le développement économique. Le climat est océanique, avec des températures d’environ 22 °C en été.

De Van Gogh à Anne Frank

Impossible de rater le quartier des musées avec l’imposante bâtisse du Rijksmuseum hébergeant peintures, oeuvres d’art décoratif, sculptures et faïences de Delft du XIIe siècle au XXe siècle ; le musée Van Gogh retraçant l’histoire du peintre à travers ses oeuvres et l’évolution de son style jusqu’à l’impressionnisme ; et le Stedelijk Museum (Musée d’art contemporain) qui présente outre des peintures et des sculptures, des photographies, des dessins ou encore des affiches contemporaines de 1850 à nos jours.

On ne vient pas à Amsterdam sans une pensée pour Anne Frank. Est-il besoin de la présenter ? Connue à travers le monde, cette jeune adolescente juive raconte son quotidien de réfugiée clandestine juive dans un roman-témoignage édité dans une cinquantaine de pays, une vie cachée et brisée par son arrestation en 1944. Prévoir plusieurs heures d’attente pour visiter la maison, petite et exiguë, où elle vécut avec sa famille, car peu de visiteurs peuvent s’y glisser en même temps.

Dans le port d’Amsterdam…

Aucun touriste ne passe par Amsterdam sans visiter De Walletjes, le quartier aux étroites ruelles piétonnes avec ses vitrines aux lanternes rouges. Au XIXe siècle,20 000 prostituées travaillaient près du port. La politique sociale-libérale des années 1970 a autorisé ces femmes à exercer leur métier en toute légalité. Elles paient des impôts et bénéficient d’une couverture sociale et de contrôles médicaux. Ainsi, l’État contrôle leur activité en préservant la sécurité et l’ordre public. La politique de la ville tend à transformer le quartier rouge en stimulant la créativité des jeunes artistes qui louent les vitrines vacantes.


Le saviez-vous? 

• Amsterdam est le nom moderne d’Amstel Dam (la digue d’Amstel) ;

• Une partie des Pays-Bas, dont Amsterdam, était possession de l’État bourguignon de Charles le Téméraire (1465-1477) ;

• Une centaine de coffee shops sont installés à Amsterdam avec une licence autorisant la commercialisation du cannabis ;

• 25 000 juifs ont fui l’Allemagne nazie pour s’installer à Amsterdam, dont la famille d’Anne Frank ;

• La grande gare centrale est construite sur 8 687 pilotis.

Sortir à Amsterdam 

• Si possible, laissez votre voiture au garage, car les parkings sont très chers ;

• Leidseplein : quartier très animé avec ses restaurants de toutes les nationalités et ses boîtes de nuit ;

• La place du Dam : descendre la médiévale Kalverstraat (des dizaines de boutiques, coffee shops) jusqu’au marché aux fleurs flottant, le Bloemenmarkt, où l’on vend toutes sortes d’oignons et même des plants de cannabis (mieux vaut ne pas essayer de les ramener en France, douane volante oblige !) ;

• Rembrandtplein : restaurants et bars branchés ;

• Albert Cuypmarkt : un agréable marché en plein air.